• Tourisme

    Paris, ainsi que sa Région, est la première destination mondiale du tourisme. Les entreprises du tourisme emploient 500 000 personnes en Ile-de-France. Le potentiel de secteur étant démontré, Cap Digital a jugé crucial d’inciter ses adhérents à se positionner sur ce marché et d’accompagner la réflexion des plateformes de e-tourisme.

Focus marché

Le e-tourisme est le premier secteur du e-commerce avec une part de 39%, 17,7 milliards d’euros et une croissance annuelle de 7% (source FEVAD 2012)

Le chiffre d’affaires du e-tourisme représente 42% du chiffre d’affaire du tourisme en France. Si les distributeurs et les agences de voyages en ligne se sont développés, les plateformes d’échanges entre particuliers (marchands ou non marchands) ont également le vent en poupe : hébergement entre particuliers, co-voiturage, échanges de conseils…

Le m-tourisme

C’est un nouveau marché à cibler  avec un potentiel de 8 à 14 millions de mobinautes d’ici à 2015 (source CCM Benchmark)

Les acteurs du tourisme français ont une présence encore faible sur mobile : seuls 3% des Offices de Tourisme et 37% des agences de voyage, et agences en ligne ont une présence mobile. (source DGCIS, 2012). Toutefois, nous constatons des usages naissants : 35% des internautes ont préparé leurs vacances depuis leur mobile mais seuls 10% ont finalisé l’acte d’achat (Fevad, 2012).

  • Toucher le client où qu’il soit et adopter le concept « ATAWAD » (Anywhere, Anytime, Any Device), via le m-commerce ou le t-commerce (à partir d’une télévision connectée), afin de proposer de nouveaux services.
  • Optimiser la visite du client grâce à la personnalisation des offres et l’adaptation des services suivant les données analysées par les CRM et les services après-vente.
  • Profiter des nouveaux segments émergents tels que l’économie collaborative, les market places,  ou l’économie sociale et solidaire (greeters, hébergement entre particuliers, tourisme créatif).
  • Exploiter les métadonnées pour le patrimoine et la culture, la génération, l’indexation, la navigation et l’exploitation des métadonnées doivent être approfondies via les travaux autour des Big Data.

  • Les usages mobiles : aujourd’hui limités à 1 milliard d’euros de chiffre d’affaires (soit 2% du chiffre d’affaire global du secteur), mais en forte croissance, notamment autour du paiement (NFC), de la géolocalisation in-door, de la réalité augmentée, ou encore du m-data.
  • Les applications mobiles : La France est l’un des tous premiers pays au monde en termes d’applications mobiles dédiées à la culture et au patrimoine (175 références disponibles) les téléchargements sont dopés par un accroissement des usages numériques en mobilité, pertinents en situation touristique.
  • Les logiques de recommandation sociale (à l’origine des choix de destination, de transport ou d’hébergement) ou de gamification
  • Les Big Data : Les parcours de visites et de voyages génèrent des contenus sur une temporalité et un espace dédié qui peuvent faire l’objet d’un retraitement par la suite.
  • Les nouveaux modèles économiques : tels que le couponing, ventes flash, les achats groupés, le troc, l’economie de contribution.

L’action de Cap Digital et ses membres

25 membres de Cap Digital sont identifié sur ce marché et sur des secteurs tels que l’e-tourisme, la réalité augmentée, les plateformes de réservation…

Pour accompagner la réflexion autour des besoins de développement technologique, des outils de promotion et d’animation relatifs à ce secteur, Cap Digital a déployé plusieurs actions:

  • Les MeetUp Tourisme Digital : rencontres des acteurs de ce marché autour d’une thématique définie. Prochaine session

Contact : Élisabeth Racine