succes Categories Archives: Commerce et Distribution

Dawex, Toucan Toco et Tellmeplus lauréats des Trophées de l’International du Numérique

Le 25 octobre, les Trophées de l’International du Numérique ont récompensé 5 startups : Dawex, Toucan Toco, Tellmeplus, Tinubu Square et Nanomade.

Organisés par l’IE-Club et Business France, les Trophées de l’International du Numérique visent à promouvoir les PME françaises innovantes à fort potentiel international. Pour cette édition, 16 sociétés étaient nominées et ont pu pitcher sur scène. Parmi les 5 lauréats, 3 ont bénéficié de l’accompagnement de Cap Digital : Dawex, Toucan Toco et Tellmeplus. 

DAWEX, place de marché de données 

dawex site

Dawex, société créée en mars 2015 par deux entrepreneurs de la data, est une place de marché de données, spécialisée dans la mise en relation d’entreprises de tous secteurs d’activité souhaitant acquérir et monétiser des données, en direct, sur une place de marché sécurisée. Dawex intervient comme tiers de confiance pour opérer les transactions de données, les fournisseurs de données et leurs acquéreurs gardant le contrôle complet (à qui vendre/acheter, avec quelles conditions d’utilisation des données, à quel prix).

Membre de Cap Digital depuis 2015, Dawex a été accompagnée par le pôle pour définir et mettre en oeuvre sa stratégie d’implantation à l’international, dans le cadre du programme Scale-Up. Le market assessment réalisée au Canada a permis d’identifier les Etats-Unis comme un marché vaste et réceptif à la solution de Dawex.

Dawex a aussi bénéficié de l’expertise et du label Cap Digital lors de sa candidature au Concours d’Innovation Numérique (CIN) en 2015, lui permettant d’obtenir un financement de sa R&D.

En 2016, Dawex a intégré l’accélérateur de Bpifrance et a levé 2M€ auprès de la Caisse des Dépôts, actionnaire minoritaire au côté des deux fondateurs. Aujourd’hui, l’entreprise est composée de 20 personnes, ingénieurs, développeurs, data scientist et juristes spécialistes du droit des données. Dawex a son siège à Lyon et a ouvert un bureau commercial à San Francisco en septembre 2017 après avoir intégré le programme d’accélération Impact USA de Business France.

Toucan Toco, solution de Reporting et Data Visualisation 

Toucan Toco

Toucan Toco porte la mission d’excellence opérationnelle en facilitant une culture de la donnée. La start-up valorise les données de l’entreprise en les mettant dans les mains de tous les collaborateurs, et leur raconte une histoire personnalisée à travers le data storytelling. C’est un véritable acte de démocratisations de la donnée. A l’heure actuelle Toucan Toco équipe plus de 80 grandes entreprises parmi lesquels Total, Sanofi, Marques Avenue, JCDecaux, PSA … sur plus de 200 projets.

Fondé en 2014, Toucan Toco vient d’obtenir le Pass French Tech délivré par Cap Digital. 

Tellmeplus, spécialiste de l’analyse prédictive

tellmeplus

Tellmeplus est éditeur de plateforme d’analyse prescriptive. Predictive Objects, la technologie brevetée par la société, met à profit le Big Data et l’IA pour automatiser la création et le déploiement en un clic de modèles prédictifs pour donner de la valeur à vos assets.

Tellmeplus était présentée parmi les solutions innovantes du travail 2.017 à Futur en Seine.

En savoir plus sur Dawex, Toucan Toco et Tellmeplus

ManoMano boucle une levée de fonds de 60 Millions d’euros, menée par General Atlantic

Leader européen sur le marché du bricolage et du jardinage, la place de marché ManoMano sécurise de nouveaux investissements et accélère son ascension. Elle annonce le 11 septembre 2017 avoir réalisé une levée de fonds en série C de 60 millions d’euros, menée par General Atlantic, un fonds d’investissement de renommée mondiale également leader sur son secteur. Les investisseurs actuels Piton Capital, Partech Ventures et le fonds Ambition Numérique géré par Bpifrance dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir ont également participé au tour de table.

Membre de Cap Digital depuis 2015, ManoMano a bénéficié du programme d’accompagnement Fast Track et obtenu le Pass French Tech délivré par Cap Digital.

ManoMano mutualise l’intégralité de l’offre online du secteur, pour un bricolage plus accessible et plus abordable

Fondé en 2013 par deux passionnés de DIY et anciens capital-risqueurs Philippe de Chanville et Christian Raisson, ManoMano est un site marchand dédié au bricolage et au jardinage qui opère en France, Espagne, Italie, Allemagne, Belgique et Royaume-Uni. Avec plus d’1,9 million de clients et plus d’1.2 millions de produits référencés, l’entreprise développe une approche centrée sur l’utilisateur et une utilisation forte de la data. Elle offre ainsi à ses clients la possibilité d’accéder à des produits de jardinage et de bricolage à prix abordables, auprès d’un réseau toujours plus conséquent de marchands. ManoMano a également construit une véritable communauté de bricoleurs qui s’échangent des conseils et se soutiennent mutuellement dans leurs projets.

Nous avons créé le seul acteur du bricolage digital qui soit réellement européen. Nous voulons dupliquer notre succès français à tous les pays où nous sommes déjà présents et faire de ManoMano le leader Européen sur le segment digital du bricolage et du jardinage. Nous sommes convaincus que ce secteur représentera à terme 50% du marché global du bricolage et du jardinage. Nous voulons que ManoMano soit le leader de cette transition, » ont déclaré Philippe Chaville et Christian Raisson, cofondateurs de ManoMano.

Notre dernière levée de fonds menée par General Atlantic et la croissance fulgurante que nous connaissons, sont autant d’éléments qui témoignent du succès de notre stratégie. Ce partenariat avec General Atlantic sera l’occasion de nous appuyer sur leur expertise des places de marché et sur leur solide expérience auprès des acteurs leaders de l’innovation digitale ; c’est un soutien crucial qui nous permettra de maintenir notre fort taux de croissance”.

Une levée de fonds pour accélérer sa croissance et renforcer sa présence en Europe

Ce tour de table de 60 millions d’euros va permettre à ManoMano d’accélérer sa croissance en stimulant l’innovation et le développement de ses produits, mais aussi en renforçant sa présence en Europe.

Suite à la levée de fonds, ManoMano prévoit les actions suivantes :

  • Augmenter les investissements en marketing pour accroître la notoriété sur l’ensemble de ses marchés,
  • Améliorer les produits et l’offre de service pour les clients existants comme pour les prospects,
  • Poursuivre ses investissements en logistique et développer de nouveaux services commerciaux pour accompagner les marchands et partenaires dans la digitalisation de leur offre,
  • Recruter des profils IT & data, et agrandir des équipes de développement commercial au Royaume-Uni et en Allemagne.

« Nous pensons que les catégories bricolage et jardinage en ligne enregistrent aujourd’hui un faible taux de pénétration, et ce en dépit des avantages qu’offre le digital par rapport au circuit traditionnel : le nombre de références y est nettement plus conséquent, il est possible de rechercher et trouver facilement les produits de son choix, et l’accès à l’intégralité des informations techniques y est également bien plus simple », a commenté Chris Caulkin, Directeur de General Atlantic. “ManoMano s’est construit une réputation solide auprès de ses clients et fournisseurs en devenant rapidement un leader de l’innovation qui propose des prix extrêmement compétitifs. Nous avons hâte de collaborer avec Philippe, Christian et l’ensemble de l’équipe de ManoMano dans l’objectif d’étendre l’offre de l’entreprise et son empreinte internationale. »

Forte de 37 ans d’expérience en investissement dans plus de 250 entreprises à forte croissance globale, General Atlantic s’associe aux entrepreneurs et équipes managériales vouées à devenir des géants de l’hyper-croissance, leaders de leurs secteurs. L’entreprise dispose de 21 milliards de dollars d’actifs sous gestion au 30 juin 2017. S’appuyant sur un réseau international d’experts, General Atlantic concentre ses investissements dans cinq secteurs que sont Internet et les nouvelles technologies, les services financiers, les services aux entreprises, la vente au détail de biens de consommation et la santé. General Atlantic a une grande expertise auprès des places de marché en ligne et des e-commerçants. L’entreprise a ainsi investi auprès d’acteurs de renom tels que Grupo Axo, House of Anita Dongre, Tory Burch et Zimmermann.

Dans le cadre de l’investissement, Gabriel Caillaux, Directeur Général et coresponsable de la zone EMEA chez General Atlantic rejoindra le board de directeurs de ManoMano. Chris Caulkin, Directeur de General Atlantic, rejoindra quant à lui le board en tant qu’observateur.

En savoir plus sur ManoMano 

Blade lève 51 millions d’euros pour exporter l’ordinateur du futur à l’international

Blade développe Shadow, l’ordinateur dématérialisé accessible avec abonnement et exploitable sur n’importe quel écran. Fondée en 2014, la start-up française annonce début juin une levée de fonds de 51 millions d’euros. Cette opération succède aux tours de table réalisés fin 2015 et en 2016, respectivement de 3 millions et 10 millions d’euros. 

Membre de Cap Digital depuis 2016, Blade a notamment été accompagné pour ses travaux de R&D : son projet Shadow Cloud PC a été expertisé et labellisé par le pôle lors de sa candidature au Concours d’Innovation Numérique, dont il est lauréat.

Blade

Shadow, le premier ordinateur personnel dans le cloud

Le cloud propose des avantages uniques en termes d’économies d’échelle, de fiabilité, de vitesse de traitement et des réseaux, d’accessibilité à l’information, de sécurité. Face à la migration globale vers le cloud des serveurs, données et applications, Blade a choisi de relever un défi, celui de déplacer l’ordinateur personnel dans un data center. Fondé par Emmanuel Freund, Acher Criou et Stéphane Héliot, Blade a mis au point le premier PC haut de gamme hébergé dans le cloud, baptisé « Shadow ».

Unique au monde et basé sur une véritable innovation technologique, Shadow propose à tous les internautes équipés d’une connexion internet très haut débit d’accéder à son ordinateur, par le biais d’un petit boitier ou d’une application. Shadow présente des avantages significatifs en comparaison des PC traditionnels :

  • Terminal de faible dimension, design user centric, silencieux, qui ne chauffe pas, et dont la consommation électrique est limitée
  • Faculté d’accès à son ordinateur personnel depuis n’importe quel terminal connecté à internet (laptop, tablette, smartphone, smart TV)
  • Mises à niveau régulières des composants dans l’infrastructure dédiée sans frais supplémentaire pour le client – plus d’obsolescence du terminal.

Autre innovation de taille : Shadow est proposé sous forme d’abonnement mensuel de 25 à 45 euros par mois, une approche unique dans l’industrie du PC.

Avec Shadow, Blade a fait le choix de cibler dans un premier temps les utilisateurs les plus exigeants : les Gamers, qui représentent un marché à fort potentiel
estimé à 644 millions au niveau mondial et sont demandeurs de grosses capacités en informatique. Les principales attentes pour le gaming portent sur la qualité d’expérience utilisateur, la capacité à pouvoir jouer à tous les jeux, l’accès multiplateformes et un coût inférieur à une solution locale. Shadow apporte une réponse à chacun de ces enjeux, en offrant un service utilisable soit sur une Box propriétaire, soit via une application multiplateforme. La start-up s’est invitée à des compétitions et organise des parties diffusées en direct sur les réseaux sociaux.

Les joueurs sont la preuve que notre technologie fonctionne dans des conditions très exigeantes », explique Emmanuel Freund, cofondateur et PDG de Blade.

Une levée de fonds pour augmenter ses capacités de production et déployer son offre à l’international

Blade réalise une augmentation de capital de 51 millions d’euros auprès de prestigieux business angels qui avaient déjà participé à la première levée de la start-up. Pierre Kosciusko-Morizet (fondateur de PriceMinister) et Michaël Benabou (cofondateur de vente-privee.com) ont ainsi renouvelé leur confiance à Blade, tout comme Nopporn Suppipat (fondateur de Wind Energy Holding, géant thaïlandais des énergies renouvelables), premier investisseur de la jeune pousse et désormais membre du comité stratégique.

Blade applique l’économie collaborative au monde des infrastructures et des équipements informatiques. Il s’agit de mettre des ressources en commun pour en baisser les coûts. Et Blade peut aller très vite pour déployer son produit », analyse l’entrepreneur thaïlandais Nopporn Suppipat.

Nous sommes très fiers, nous ne pensions pas lever autant et si rapidement », se félicite Emmanuel Freund, cofondateur et PDG de Blade. Nous avons de l’avance sur les géants des nouvelles technologies et nous ne voulons pas la perdre.

Blade ne veut pas vendre d’ordinateur, mais le louer. La start-up compte aujourd’hui 5000 clients du Shadow, baptisé «le PC du futur». Ce chiffre a été multiplié par 10 depuis le mois de décembre et Blade souhaite accroître ses moyens de production pour répondre à la demande grandissante. Elle vise à équiper 100.000 personnes d’ici à la fin 2018.

Après avoir convaincu les Gamers, l’entreprise veut désormais séduire le grand public. Elle revendique l’intérêt de sa machine pour des professions ayant aussi besoin de grosses capacités en informatique, comme les architectes ou les graphistes. « Les qualités du Shadow peuvent profiter à tout le monde », assure Emmanuel Freund. « C’est un ordinateur qui peut se déplacer partout et qui est toujours à jour ». Blade envisage de lancer de nouvelles offres moins onéreuses, pour les personnes avec des besoins d’équipement plus modestes. 

Ces capacités de production renforcées lui permettront également d’élargir son offre à l’Allemagne et le Royaume-Uni, où le lancement est prévu avant fin 2017. Blade vise d’autres marchés internationaux et ouvrira cet été un bureau à Palo Alto, aux États-Unis.

En savoir plus sur Blade et le PC du futur Shadow

PLAYZER officialise son partenariat avec Air France

Playzer, la plateforme de streaming de clips musicaux créée en 2013, propose des vidéos, clips et concerts disponibles en HD et non coupés par des publicités. La start-up française annonce son partenariat avec Air France pour intégrer Playzer dans sa programmation de divertissements à bord.

Playzer rejoint Cap Digital en 2016 pour bénéficier de l’expertise du pôle, notamment pour son déploiement à l’international. Fort de ses partenaires locaux, Cap Digital permet d’accélérer rapidement sur un marché cible. Ce mois-ci Playzer participe à la mission au Canada, aux côtés de startups et PME choisies par Cap Digital, pour mieux comprendre le marché canadien, identifier les partenaires et premiers clients, et bénéficier du StartupFest de Montréal. Organisées tout au long de l’année dans divers pays, les missions internationales permettent aux membres de consolider leur stratégie de déploiement et développer leur chiffre d’affaires à l’export.

Playzer air france

Depuis juin, sur la majorité de ses avions long-courriers, Air France propose à ses clients de regarder leur musique en clips grâce à Playzer avec un choix de quatre playlists à bord : Hits, Relax, Enfant et Monde.

C’est une grande fierté d’intégrer en exclusivité la programmation d’Air France, une première pour un acteur de streaming musique », indique François Planquette, directeur de PLAYZER.

PLAYZER est le premier acteur sur le marché français à proposer un service multi-écrans de clips vidéos musicaux à la demande sans aucune pollution publicitaire. Playzer répond à la consommation musicale des jeunes (84% des 15/30 ans écoutent régulièrement de la musique et la consomment au travers de vidéos sur Internet), et se positionne comme une plate-forme nouvelle génération, avec un contenu enrichi et orienté vers l’univers des artistes : les clips vidéos.

En partenariat avec Sony Music, Universal Music, Warner Music et Because TV, PLAYZER propose le plus large choix de clips en streaming légal sur le marché. Son catalogue est en constante augmentation avec l’arrivage quotidien de nouveautés et hits du moment attendus de tous.

Playzer

En savoir plus sur PLAYZER

Snips lève 12 millions d’euros pour insérer la reconnaissance vocale dans chaque objet connecté

Spécialisée en intelligence artificielle, Snips vient d’annoncer une augmentation de capital de 12 millions d’euros pour accélérer son développement, et mettre le focus sur la commande vocale des objets connectés. En 2015, la start-up française réalisait un tour d’amorçage de 5.6 millions € auprès de Xavier Niel, Bpifrance et d’investisseurs américains –The Hive, Eniac Ventures, 500 startups, Brent Hoberman. 

Fondée en 2012, Snips choisit de rejoindre Cap Digital en 2014 pour bénéficier de son accompagnement, notamment sur ses travaux de R&D.  Elle est lauréate du Concours Mondial de l’Innovation dans la catégorie Big Data, pour lequel elle a reçu le soutien et le label de Cap Digital. 

Snips

Spécialisée en Intelligence Artificielle et objets connectés, la start-up française a pour ambition de permettre à chaque objet d’anticiper les intentions de son propriétaire. Depuis 2016, Snips décide de se concentrer sur la reconnaissance vocale appliquée aux objets connectés, pour permettre aux objets de comprendre des instructions orales. Elle développe ainsi une technologie concurrente d’Amazon Alexa, et propose aux entreprises d’inclure dans leurs produits un assistant personnel capable de reconnaître les ordres des clients. Sa plateforme vocale baptisée « Snips Voice Platform » travaille sur des objets qui vont de la smart home aux voitures connectées.

Grâce à l’intelligence artificielle, les objets vont pouvoir comprendre nos habitudes. Il ne sera plus nécessaire d’apprendre à s’en servir », explique Rand Hindi, co-fondateur et CEO de la start-up.

Une levée de fonds pour renforcer sa technologie…

Pour mener à bien ce projet d’envergure, la start-up lève 12 millions d’euros auprès de Bpifrance, Maif Avenir et du fonds coréen K-Fund  1, conseillé par l’ancienne ministre du Numérique Fleur Pellerin.

Snips veut fournir aux fabricants une technologie qui soit adaptée en termes de modèle commercial, et surtout en accord avec la nouvelle réglementation en matière de données personnelles, qui sera mise en place début 2018. Ce règlement européen pour la protection des données nécessitera le consentement explicite pour chaque usage d’informations.

Actuellement, l’approche de Snips permet déjà de concevoir des solutions plus respectueuses de la vie privée, car rien ne se retrouve stocké dans le cloud. Depuis sa création, sa méthode pour se différencier face aux géants technologiques est le « privacy by design« , c’est-à-dire la garantie que la plateforme n’aspire pas les données de ses utilisateurs. Dans les faits, Snips effectue le traitement des données vocales (reconnaissance vocale et traitement du langage naturel) sur l’objet lui-même et pas dans le cloud. La technologie de la start-up française est ainsi la première plateforme vocale au monde 100 % embarquée, ce qui lui permet de fonctionner sans connexion Internet (à l’inverse des solutions clés en main mises à disposition par les géants Amazon, Google, Facebook ou Microsoft, qui traitent les données dans le cloud et les conservent indéfiniment). Avec Snips, les intelligences artificielles sont entraînées et configurées pour chaque objet, puis stockées localement.

La voix est une donnée biométrique qui nous identifie de manière unique. Si l’on se fait voler notre empreinte vocale, il est impossible d’en changer », souligne Rand Hindi.

C’est pourquoi des solutions comme celles de Snips seront plus aisées à déployer. « Nous avons trouvé le talon d’Achille des Gafa et pouvons reprendre l’avantage », estime le co-fondateur. Très performante, la reconnaissance vocale développée par Snips atteint « 93% de taux de compréhension, davantage que les assistants personnels généralistes ».

… et accélérer son développement commercial

Pour diffuser sa technologie de reconnaissance vocale, Snips discute avec des opérateurs Internet, des fabricants d’automobiles, de robots et de PC, et les premiers produits sont attendus fin 2017. La solution sera vendue aux entreprises en fonction des volumes de produits, là où les géants de la tech facturent au nombre de requête. Les fabricants devront aussi inclure des composants de la puissance d’un Rasberry Pi (processeur 1GHz monocœur, 500 Mo de RAM) pour faire tourner le logiciel.

À ce jour, l’assistant de Snips comprend cinq langues – français, anglais, allemand, espagnol, coréen – et sera ouvert à d’autres. La start-up souhaite ensuite intégrer la synthèse vocale.

On s’est aperçu au niveau des usages que le besoin en interprétation des requêtes utilisateur est beaucoup plus important que celui des suggestions intelligentes, indique Rand Hindi.

La start-up emploie aujourd’hui une quarantaine de personnes et pour Rand Hindi, distingué en 2014 par le MIT Technology Review parmi les entrepreneurs de moins de 35 ans, « Notre but reste de faire disparaître la technologie grâce à l’intelligence artificielle » :

Crédit : Frenchweb

AB Tasty confirme son succès sur le marché US et lève 17 millions de dollars pour devenir la « colonne vertébrale » de l’optimisation en ligne

AB Tasty, leader européen du testing et de la personnalisation, annonce une nouvelle levée de fonds de 17 millions de dollars auprès de Korelya Capital et Partech Ventures, ainsi qu’auprès de ses fonds historiques : Xange Private Equity (Siparex) et Omnes Capital. Cette augmentation de capital vient s’ajouter aux 7 millions de dollars levés en 2014 et 2016 avec ces deux acteurs.

Clipboard02

Améliorer leur taux de conversion en ligne, un enjeu crucial pour les entreprises

Fondée en 2011 par Alix de Sagazan et Rémi Aubert, AB Tasty connaît une croissance supérieure à 100% par an et compte aujourd’hui une équipe globale de 120 personnes réparties dans 6 bureaux : Paris, Londres, Cologne, Madrid, Sydney et New York. En quelques années, AB Tasty a su s’imposer comme leader européen sur le marché de l’optimisation des conversions, devenue un enjeu majeur pour les acteurs web et mobile.

AB Tasty aide les équipes marketing à accroître leurs ventes en ligne en leur donnant accès à une plateforme all‐in‐one pour comprendre les parcours utilisateurs et agir directement sur leur expérience de navigation via l’A/B testing et la personnalisation.

Cette plateforme agile et facile d’utilisation permet d’améliorer en continu l’expérience utilisateur sans faire appel aux services techniques pour tout développement sur les sites web, mobile et apps.

Notre plateforme permet très simplement de rentabiliser les coûts d’acquisition : chaque internaute devient source de revenu. En premier lieu, grâce à sa technologie qui analyse des milliers de parcours clients, AB Tasty permet de comprendre les comportements des internautes, les points de frictions, les abandonnistes…. pour en tirer des axes d’amélioration du site internet. Dans un second temps, la technologie de testing et de personnalisation permet de travailler en temps réel sur les comportements pour mener à plus d’achats. La philosophie de notre outil se résume à « soit je gagne, soit j’apprends » : soit l’internaute converti, soit il est source d’information » explique Alix de Sagazan, co‐fondatrice d’AB Tasty.

La startup a su gagner la confiance de nombreuses entreprises en France et à l’international, comme Voyages‐SNCF, Cdiscount, La Poste, Carrefour, PSA, Sephora, La Redoute, Mercedes, Jaguar, Leroy Merlin, McDonald’s, ShowroomPrivé, La Maif, Center Parcs, Thomas Cook… réparties dans environ 50 pays.

AB Tasty symbolise la réussite actuelle des pépites de la French Tech et la qualité de la R&D française en matière de Data Science. En investissant dans AB Tasty, Korelya capital partage l’ambition de ses fondateurs de devenir un leader mondial de l’optimisation des conversions en ligne qui passe par un fort déploiement sur le territoire américain. Ensemble, nous croyons dans le potentiel de valeur que représente l’analyse du comportement des internautes afin de permettre aux entreprises de maximiser leurs revenus en ligne » Paul Degueuse ‐ Korelya Capital.

AB Tasty confirme son succès aux Etats‐Unis

AB Tasty s’est installé fin 2016 sur le continent américain. Cette nouvelle levée de fonds va lui permettre d’accélérer son développement commercial sur ce marché : l’équipe de New York compte d’ores et déjà 4 collaborateurs et va bientôt s’étoffer, grâce au recrutement d’une quinzaine de personnes courant 2017.

Sur ce marché AB Tasty a déjà séduit une vingtaine de clients dont Ashley Furniture, Competitor group, Exclusive Concept, Pierre Fabre, et ambitionne de signer 80 nouveaux contrats courant 2017 !

AB Tasty ne cesse d’innover grâce à une équipe R&D performante

Depuis sa création, AB Tasty dédie plus de 30% de ses effectifs à l’équipe R&D constituée en partie de Data Scientists. Cette levée de fonds va lui permettre à nouveau de renforcer cette équipe R&D et son leadership en matière d’innovation. AB Tasty entend ainsi continuer à faire bénéficier à ses clients des dernières innovations en matière d’algorithmes prédictifs et de machine learning.

Notre vision est de faciliter au maximum la réflexion de nos clients en leur mettant à disposition un « bouton magique » qui optimise en continu le site internet, sans intervention humaine : l’outil comprend en temps‐réel les parcours utilisateurs, propose des versions alternatives et identifie les segments d’internautes à qui il faut les adresser, tout cela de manière automatique. Nous y travaillons depuis longtemps et nous savons que le marché n’attend que ça. » précise Rémi Aubert, CEO et co‐fondateur d’AB Tasty.

Le futur du marketing s’appuiera certainement sur des processus automatisés qui permettront aux marques de fournir des expériences utilisateurs pertinentes et engageantes, sans pour autant en sacrifier l’authenticité », indique Reza Malekzadeh, General Partner chez Partech Ventures. « Nous avons été très impressionnés par la vision et l’exécution parfaite de l’équipe d’AB Tasty. Nous pensons qu’ils sont très bien positionnés pour être les leaders sur le marché de cette nouvelle génération d’outils. »

AB Tasty a reçu en 2016 le prix Technology Fast50 et Deloitte / In Extenso qui récompense les entreprises technologiques affichant la plus forte croissance au cours des quatre dernières années. En 2017, la startup prend la 4ème place du classement Great Place to Work. Ainsi, elle rejoint le top des entreprises de moins de 500 salariés où il fait bon travailler en France.

En savoir plus sur AB Tasty

Dawex, Deep Algo, Plume Labs, Tinyclues et Xooloo intègrent le programme d’accélération Impact USA

Pour sa 4e édition, Ubi i/o, le programme d’accélération conçu par Business France et Bpifrance pour booster les startups françaises aux États-Unis, devient Impact USA

Après une sélection parmi une 100aine de sociétés en phase de développement commercial aux Etats-Unis, 17 start-up intègrent Impact USA et seront basées 10 semaines à San Francisco et New-York. Parmi ces lauréats, 5 start-up sont accompagnées par Cap Digital.

Impact USA

Dans le cadre du programme Impact USA, Dawex, Deep Algo, Plume Labs, Tinyclues et Xooloo vont bénéficier d’une immersion de 10 semaines aux Etats-Unis. Elles sont aussi accompagnées par Cap Digital et ont toutes bénéficié d’un ou plusieurs services du pôle.

Dawex a notamment validé sa stratégie d’implantation à l’international via le programme Scale-up de Cap Digital : le market assessment lui a permis d’analyser son potentiel au Canada et indirectement aux USA. Durant plusieurs semaines, via l’aide d’un expert local, ils ont pu décrypter et développer leur marketing-mix pour mieux confronter la start-up aux réalités des marchés visés. 

En complément des market assessment, Cap Digital réalise en continue des missions de market entry pour les entreprises qui souhaitent accélérer leur activité commerciale dans la zone géographique retenue comme prioritaire. Cet accompagnement opérationnel et de haut niveau est structuré en deux phases, appuyé par le réseau de partenaires internationaux de Cap Digital. L’objectif : adapter son business-model aux attentes des marchés locaux pour y envisager un développement commercial structuré et pérenne. La phase 1 étant une phase de tropicalisation de l’offre/service et la phase 2 une phase de roadshow avec des RDV B2B organisés avec de potentiels futurs partenaires et/ou clients.

DAWEX et PLUME LABS intègrent le campus de la Silicon Valley à San Francisco

 

DAWEX, la plateforme sécurisée pour monétiser, partager et acquérir tous types de données

Membre de Cap Digital depuis 2015, Dawex a été accompagnée par le pôle pour définir et mettre en oeuvre sa stratégie d’implantation à l’international, dans le cadre du programme Scale-Up. La mission market assessment réalisée au Canada a permis d’identifier les Etats-Unis comme un marché vaste et réceptif à la solution de Dawex.

Dawex a aussi bénéficié de l’expertise et du label Cap Digital lors de sa candidature au Concours d’Innovation Numérique (CIN) dont il a été lauréat en 2015, lui permettant d’obtenir un financement de sa R&D. La startup fait également partie du programme d’accélération de Bpifrance Le Hub.

Dawex est une place de marché de données pour monétiser, partager ou acquérir tous types des données, en toute sécurité et sans intermédiaire. C’est aussi une plateforme privée d’échange de données (Private Data Exchange) pour les partager uniquement entre partenaires.

Fondée en mars 2015 par Fabrice Tocco et Laurent Lafaye, deux entrepreneurs expérimentés dans la valorisation de données, la start-up facilite et sécurise les transactions. Grâce à son ergonomie pensée pour l’utilisateur final et sa flexibilité d’utilisation, Dawex réunit en une plateforme unique toutes les étapes et les fonctionnalités pour mener à bien une transaction de données, en intégrant les contraintes juridiques. La start-up est le tiers de confiance pour les acteurs qui souhaitent monétiser en direct tous types de données, qu’elles soient métiers, techniques, comportementales, personnelles, anonymisées ou non.

Les fournisseurs y publient une offre et mettent en valeur leurs données, tout en maîtrisant leur diffusion et droits d’utilisation. L’approche data protection by design and by default -­ (protection de la vie privée renforcée dans le nouveau règlement européen) -­‐garantit aux utilisateurs de Dawex un accompagnement permanent pour les aider à respecter leurs obligations légales en particulier lors du transfert de données à caractère personnel.

 

PLUME LABS : open data, IA et capteurs personnels connectés pour minimiser son exposition à la pollution de l'air

Plume Labs est la plateforme de prévisions atmosphériques qui aide les particuliers et les organisations à mieux faire face aux coûts humains et financiers de la pollution. Son application mobile Plume Air Report permet à ceux qui souffrent de la pollution de mieux s’en prémunir.

Membre de Cap Digital depuis 2015, Plume Labs a bénéficié du soutien du pôle à de nombreuses étapes de son développement : première expérimentation en public à Futur en Seine 2015 ; programme d’accélération Fast Track et accompagnement lors de sa candidature au CIN dont Plume Labs est lauréat en 2016 (Concours d’Innovation Numérique permettant de bénéficier de soutien à l’innovation). PlumeLabs est également suivi par Cap Digital dans ses développements à l’international.

La start-up clôture l’année 2016 par un financement en seed de 4 millions d’euros, pour accélérer sa croissance internationale et annoncer de nouveaux produits basés sur ses technologies prédictives pour l’environnement. Plume Labs va notamment dévoiler en 2017 FLOW, le premier accessoire connecté et mobile qui permet d’enregistrer, suivre et réduire l’exposition à la pollution atmosphérique -en intérieur, extérieur et en mouvement. 

 

DEEP ALGO, TINYCLUES et XOOLOO seront basées à la Silicon Alley de New-York

 

TINYCLUES, la solution d'Intelligence Artificielle pour marketeurs BtoC

Tinyclues est la solution d’IA qui permet aux marketeurs B2C de générer du revenu en engageant les 99 % de leurs clients n’ayant pas récemment exprimé une intention d’achat. Tinyclues aide de grandes marques et retailers comme Lacoste, Fnac, venteprivée.com ou ClubMed à générer du revenu incrémental durable.

Conçue directement pour les équipes marketing, la solution offerte par Tinyclues permet aux e-commerçants de cibler et de personnaliser la communication auprès de leurs clients et prospects. Elle s’appuie sur des algorithmes de « machine-learning » avancés et valorise les environnements de données hétérogènes (données déclaratives, historique d’achat et d’interaction, navigation, données sociales…), sans limitation de taille ni de complexité. L’outil permet donc aux marques et retailers d’améliorer leurs prises de parole sans sur-solliciter leurs bases clients, et d’augmenter de 30% en moyenne le revenu de leurs campagnes CRM.

Fondée en 2010, Tinyclues choisit de rejoindre Cap Digital en 2012 et bénéficie de son accompagnement notamment pour ses projets de R&D : son projet LearnClues, porté en partenariat avec l’INRIA a été expertisé et labellisé par le pôle, et soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR).

 

DEEP ALGO, la solution de visualisation des algorithmes pour obtenir des données fiables et des workflows intelligibles de votre application

Les problèmes d’incompréhension entre les équipes Business et les développeurs quand elles construisent des Systèmes d’Information ont pour conséquence des projets plus longs et plus coûteux que prévu. Deep Algo, une startup française de Data Science, résout ce problème en offrant en mode SaaS une documentation fonctionnelle automatique du code. Les équipes Business et IT parlent désormais le même langage en 1 clic. Deep Algo a développé une technologie unique qui permet d’extraire automatiquement les algorithmes du code et de les représenter sous un format simple. Avec Deep Algo, les algorithmes sont mis à jour, exacts et précis, et compréhensible par toutes les équipes.

Dans le cadre du programme Scale-up, Deep Algo a été accompagné par Cap Digital et son partenaire USMAC (US Market Access Center) pour amorcer les premières réflexions de son développement aux USA (market assessment) et plus particulièrement en Silicon Valley. Dans le cadre du programme Impact, Deep Algo abordera cette fois-ci la côte Est à New York.

 

XOOLOO, la start-up qui adapte les outils numériques aux usages des enfants

Xooloo est l’entreprise qui adapte les appareils numériques aux enfants et adolescents. Fondée en 2000 et membre du pôle depuis sa création en 2006, Xooloo a développé plusieurs Applications pour réinventer l’expérience numérique des jeunes avec une alternative intelligente au contrôle parental sur Internet : Xooloo App Kids, Xooloo Parents et Xooloo Coach, un coach numérique qui aide l’enfant à développer des usages responsables à travers tous ses appareils connectés (Smartphone, Tablette, Pc, Mac). Xooloo Digital Coach est lauréat du Best of Innovation Award au CES 2017.

Son rôle est de lever les barrières qui freinent l’accès des enfants aux nouvelles technologies, véritable opportunité pour les enfants et outil formidable qui va leur permettre de transformer le monde. C’est pourquoi Xooloo développe des services destinés aux enfants pour révolutionner leur expérience numérique en la rendant plus sûre, plus fun et plus simple.

Xooloo est également suivi et conseillé par Cap Digital pour ses développements à l’international.

 

Impact USA, un programme pour booster les start-up françaises aux USA

Impact USA 2017 c’est 1 accélérateur, 2 écosystèmes et 10 semaines d’immersion aux Etats-Unis. S’y ajoutent en 2017 10 semaines de coaching et de préparation intensifs en amont pour permettre aux startups d’être opérationnelles dès leur arrivée sur place. Ce coaching sera consacré notamment à affiner leurs priorités de développement, à définir leur stratégie marketing et son articulation avec la démarche commerciale, ainsi qu’à l’exercice du « pitch ».

Pour Stéphane Alisse, directeur du département Tech et Services de Business France Amérique du Nord et du programme Impact :

Se développer aux Etats-Unis est une épreuve de haut niveau, un marathon couru à la vitesse d’un sprint. Il est impératif d’avoir une préparation minutieuse, de bien définir sa stratégie d’approche du marché et d’intégrer au plus vite les codes du business à l’américaine, pour être immédiatement opérationnel une fois sur place ».

C’est pourquoi, après 10 semaines de coaching, du 17 avril au 23 juin 2017, 10 startups intégreront le campus de San Francisco (Silicon Valley) et 7 celui de New York (Silicon Alley), pour une période de 10 semaines. 

En savoir plus sur Dawex, Deep Algo, Plume Labs, Tinyclues et Xooloo

En savoir plus sur Impact USA

Famoco, le leader français du sans contact lève 11 millions d’euros

Famoco, spécialiste du sans contact, annonce début 2017 une levée de fonds de 11 millions d’euros auprès d’Idinvest Partners, Orange Digital Ventures, SNCF Digital Ventures, BNP Paribas Développement et trois investisseurs historiques : Hi inov, le Fonds Ambition Numérique de Bpifrance et Aurinvest.

Membre de Cap Digital, Famoco a été labellisé Pass French Tech en 2014 dans le cadre du programme Fast Track de Cap Digital, destiné à accélérer le développement des startups à fort potentiel de croissance. Famaco a aussi bénéficié de l’accompagnement de Cap Digital sur son accélération à l’international via Scale up (programme d’accélération au US) et le Digital Roadshow au Brésil.

équipe

Créé en 2010 par Nicolas Berbigier et Lionel Baraban, Famoco est l’acteur français innovant et performant dans le domaine des services NFC – Near Field Communication (NFC). Spécialiste de cette technologie et de celles associées à la carte à puce, aux applications mobiles et au Cloud Computing, Famoco développe une solution NFC sous Android adaptable à tous les marchés et besoins, permettant à ses utilisateurs de gérer de multiples transactions par jour, de recharger des cartes prépayées ou de transport ou encore de gérer des flux d’achat et de vente lors de manifestations culturelles. 

Une levée de fonds pour accélérer son développement à l’international

Déjà présent dans plus de 30 pays, parmi lesquels la France, la Belgique, la Chine et l’Inde, Famoco revendique plus de 100 000 terminaux déployés en moins de trois ans de commercialisation. La société compte près de 200 clients parmi lesquels Google, Gemalto et Orange. Après deux premières levées de fonds de 1.5 millions € et 4 millions € en 2013 et 2015, ce tour de table de 11 millions € va permettre à Famaco d’accélérer le développement de nouvelles solutions transactionnelles à l’étranger, où celles-ci sont très demandées, notamment dans les domaines du paiement, du transport, de la smart city ainsi que dans la transformation digitale des grands groupes.

Cette augmentation de capital est réalisée auprès d’investisseurs historiques (Hi inov, le Fonds Ambition Numérique et Aurinvest), et complétée par Idinvest Partners, Orange Digital Ventures, SNCF Digital Ventures et BNP Paribas Développement.

Lionel Baraban, co-fondateur et CEO de Famoco précise les ambitions de la société :

En savoir plus sur FAMOCO 

DELIGHT lève 1,15 million d’euros pour convertir les producteurs de spectacles au Big Data

Fondée en mars 2015 par Marc Gonnet, Eric de Rugy et Olivier Abitbol, la start-up indépendante DELIGHT propose une plateforme SaaS de marketing digital dédiée aux producteurs de spectacle vivant, pour les aider à conquérir de nouveaux spectateurs. Elle réalise début 2017 une levée de fonds de 1,15 millions d’euros. 

Essentiellement dédiée au renforcement de ses équipes de développeurs et de data scientists, cette levée de fonds va permettre à la start-up d’accélérer la mise sur le marché de sa plateforme BtoB et de travailler à des développements internationaux et grand public. 

DELIGHT choisit de rejoindre Cap Digital début 2016 et bénéficie depuis de l’accompagnement du pôle, notamment dans le cadre de ses travaux de R&D

delight

Grâce à son positionnement original de tiers de confiance data au service du spectacle vivant, DELIGHT lève les freins au partage de la donnée entre acteurs. Cette mutualisation permet d’améliorer la rentabilité des actions de marketing digital des producteurs et le taux de remplissage des salles.

Une levée de fonds pour accélérer ses recrutements et développements commerciaux

DELIGHT vient de procéder à une première levée de fonds de 1,15 million d’euros qui réunit ses trois co-fondateurs, des Business Angels ainsi que la SATT Lutech, une société d’accélération de transfert technologique liée au monde universitaire (Sorbonne et CNRS). Grâce à ce tour de table, la start-up prévoit de renforcer ses équipes de développeurs et data scientists, pour approfondir ses algorithmes dont la validité vient d’être confirmée par une série de tests très concluants en conditions réelles sur plusieurs spectacles.

DELIGHT, qui avait été identifiée par le magazine Challenges parmi « les 100 start-up où investir en 2016 », vient d’être lauréate du Concours d’Innovation Numérique (CIN) de Bpifrance, qui va lui permettre d’accélérer sa mise sur le marché. Soutenue par Cap Digital, son projet présenté au CIN avait été labellisé par le pôle. 

C’est un moment charnière du développement de DELIGHT. Le spectacle et la data commencent à peine à apprendre l’un de l’autre. On a besoin de recruter de nouveaux talents enthousiastes à l’idée de participer à cette transformation », indique Marc Gonnet, CEO.

Cette levée de fonds va ainsi permettre d’accélérer le lancement de la plateforme BtoB, prévu au printemps 2017, et de prolonger les travaux préparatoires au lancement d’une version du service dédiée au grand public.

Parmi les actionnaires et les membres du conseil stratégique de DELIGHT figurent des professionnels de la communication et du marketing, des chercheurs et des spécialistes des nouvelles technologies ainsi que son équipe de développeurs et d’ingénieurs.

En savoir plus sur DELIGHT 

Heuritech lève 1,1 millions d’euros pour renforcer son tracker de tendances

Heuritech, start-up française experte en deep learning et en reconnaissance d’images et de textes, lève 1,1 millions d’€ auprès du fonds Data Ventures de Serena Capital et de business angels reconnus tels que Renaud Visage (CTO eventbrite), Nicolas Pinto, Richard Courtois et Frédéric & Vincent Chevance. 

Clipboard04

Fondée en 2013 par 2 chercheurs en intelligence artificielle, Heuritech a développé, grâce à des technologies de Deep Learning, une solution de reconnaissance automatique et en temps réel, des objets, formes, textures, personnages, à l’intérieur de toute image ou photographie postée sur les réseaux sociaux et Internet. Cette innovation ouvre de nombreux cas d’applications, notamment dans le domaine du luxe et de la mode en permettant la détection des tendances vestimentaires pour la conception des collections et la gestion des achats/réassorts, l’optimisation des recommandations et du merchandising sur les plateformes d’e-commerce, la segmentation qualitative et quantitative des clients…

Pour développer cette solution d’intelligence artificielle inédite et au plus près des besoins métiers, Heuritech s’appuie sur une étroite collaboration avec l’une des plus grandes maisons françaises du luxe et sur l’expertise technique de son équipe composée notamment de 8 docteurs en intelligence artificielle. Cette solution est actuellement utilisée en production afin d’analyser plus de 100 millions de pages web par jour.

Une levée de fonds pour recruter et accélérer le développement de son tracker de tendances

Cette levée de fonds de 1,1 millions € permettra notamment à Heuritech d’accélérer le développement de son tracker de tendances sur le web destiné aux secteurs du Luxe, de la Mode et de la Beauté. Heuritech prévoit une dizaine de recrutements afin de renforcer ses équipes produit, marketing, sales et R&D, aujourd’hui constituées de 15 personnes.

D’après Tony Pinville, fondateur et CEO d’Heuritech : “Les meilleures sources de connaissance clients sont évidemment les contenus générés par les utilisateurs eux-mêmes via le web. Mais les techniques actuelles pour analyser ces contenus ne sont pas encore à la mesure des enjeux : les analyses manuelles ne peuvent suivre l’explosion des contenus, quand les solutions classiques de Social Media Intelligence n’exploitent pas la richesse des images disponibles. Grâce à ses 3 ans de R&D, Heuritech est capable d’analyser de très grands volumes de données avec une précision quasi humaine”.

Véritable révolution dans l’informatique d’entreprise, le marché de l’intelligence artificielle devrait atteindre 16 milliards de dollars d’ici à 2022, avec un taux de croissance annuel moyen de 62,9% de 2016 à 2022 (source : Market & Markets, novembre 2016). L’analyse de contenus en ligne est classée par Statista dans le top 3 des principales applications du domaine prévues pour 2020 ce qui permet un fort potentiel de développement pour une société telle qu’Heuritech.

En savoir plus sur Heuritech