succes Categories Archives: Levée de fonds

Doctolib clôture une nouvelle levée de fonds de 35 millions d’euros

Doctolib, spécialiste de la prise de rendez-vous médicaux en ligne et des services internet aux professionnels de santé, annonce fin novembre une levée de fonds de 35 millions d’euros afin d’accélérer son développement en France et en Allemagne, et de lancer de nouveaux services.

La start-up française rejoint Cap Digital en 2017 pour bénéficier de son expertise en e-santé, domaine stratégique du pôle. Avec plus de 200 acteurs de la e-santé parmi ses adhérents, Cap Digital a développé une véritable expertise sur ce secteur et contribue au dynamisme de son écosystème. Cap Digital a notamment accompagné et labellisé Doctolib pour sa candidature au Concours d’Innovation Numérique, dont il est lauréat.

Doctolib2

Doctolib réalise cette levée de fonds pour moitié auprès de Bpifrance, déjà présent au capital, et pour moitié auprès d’Eurazeo. La start-up française signe ainsi la plus grosse levée de fonds dans le domaine de la e-santé en France cette année.

On n’avait pas du tout prévu (les 35 millions d’euros supplémentaires), mais comme la France a continué à s’envoler et que l’Allemagne était meilleure qu’attendu, on a avancé de 6-9 mois la levée de fonds pour pouvoir aller recruter », a déclaré Stanislas Niox-Chateau, président et cofondateur de Doctolib.

Lancée en 2013 par Stanislas Niox-Chateau, Ivan Schneider et Jessy Bernal, Doctolib propose aux professionnels et établissements de santé un logiciel de gestion de rendez-vous et des services pour améliorer leur activité de consultation et leur communication avec les patients. Doctolib leur permet en moyenne de réduire de 30% leur temps de secrétariat, de diminuer de 75% leur nombre de rendez-vous non honorés et de maîtriser leur visibilité sur Internet. Doctolib s’adapte à tous types de spécialités et tailles de structures (cabinets libéraux, centres de santé, cliniques, hôpitaux). Pour les patients, Doctolib facilite le parcours de soins : la recherche d’informations et la prise de rendez-vous médicaux se font gratuitement sur Internet, 24h/24 et 7j/7, et un carnet de consultations est accessible en ligne.

Doctolib est désormais consulté par 12 millions de personnes chaque mois, et au total, 30 000 praticiens et 800 établissements de santé ont recours à ses services, moyennant un abonnement mensuel de base à 109 euros. En mai dernier, Doctolib a signé le plus gros contrat de son histoire en réussissant à convaincre l’AP-HP (Assistance publique – Hôpitaux de Paris) et ses 9 000 médecins de recourir à ses services.

Une levée de fonds pour accélérer son déploiement à l’international

Déjà présente en Allemagne depuis un peu moins d’un an, Doctolib souhaite y accélérer son implantation tout en développant de nouveaux services, pour « digitaliser [plus encore] les différentes étapes du parcours de soins ».

Nous ne sommes qu’au début du marathon », a précisé Stanislas Niox-Chateau. La start-up réalise en effet sa deuxième levée en seulement un an, après avoir déjà obtenu 26 millions d’euros au mois de janvier.

La start-up prévoit de recruter 200 nouveaux collaborateurs en 2018 – en doublant notamment ses équipes d’ingénieurs – portant ses effectifs à près de 600 personnes. Renforcer ses effectifs lui permettra de soutenir son développement en Allemagne et de confirmer sa place en France.

Au cours de sa jeune histoire, la société a déjà levé 85 millions d’euros au total, auprès de fonds comme Accel ou Kerala Ventures, et d’investisseurs tels que Pierre Kosciusko-Morizet.

En savoir plus sur Doctolib

Libheros, leader français de la prise de rdv en ligne pour les soins à domicile, lève 1.1 million d’euros

Libhéros, leader français de la prise de rdv en ligne pour les soins à domicile, lève 1,1 million d’euros pour renforcer ses effectifs et accélérer sa croissance en France. Comptant déjà plusieurs centaines de professionnels de santé à domicile inscrits depuis sa commercialisation en mai 2017, Libhéros – le Héros des soins à domicile, lève des fonds pour continuer d’améliorer le quotidien des patients et des professionnels de santé. Le fonds ALIAD et quatre business angels rejoignent les investisseurs historiques.

Créé début 2016 par Florence Herry (infirmière) et Jean-Christophe Klein (ancien banquier d’affaires), Libhéros rejoint rapidement Cap Digital afin de bénéficier de son expertise, notamment en e-santé qui est un domaine stratégique du pôle depuis 2009. Plus grand collectif d’innovateurs du numérique et avec plus de 200 acteurs de la e-santé parmi ses adhérents, Cap Digital contribue au dynamisme de cet écosystème et accompagne les entreprises qui proposent des solutions numériques innovantes en santé. 

Commercialisé en mai 2017, Libheros ambitionne d’être l’acteur incontournable de l’organisation et la coordination des soins à domicile, facilitant ainsi le quotidien des patients et des professionnels de santé exerçants à domicile. La société emploie aujourd’hui environ 15 salariés basés à Paris et en province et propose l’unique solution de prise de rendez-vous en ligne qui respecte tant le Code de Déontologie des professionnels de santé que le Code de Santé Publique et le libre choix du patient.

Pour les patients et proches : la plateforme de prise de RDV en ligne pour les soins à domicile – simple, rapide et disponible 24h/24 et 7j/7

Après une hospitalisation ou une consultation médicale, les patients ou leur proche peuvent facilement organiser les soins à domicile prescrits par un médecin et prendre RDV en ligne en quelques clics avec un professionnel de santé, de leur choix, disponible et qui exerce à proximité de leur domicile. La solution s’intègre ainsi parfaitement au coeur du parcours de santé du patient.

Pour les professionnels de santé : Libhéros Pro, leur nouvel outil facilitateur du quotidien

L’application mobile Libhéros Pro, créée par et pour les professionnels de santé, est leur nouveau outil facilitateur du quotidien. Fini les appels intempestifs tout au long de la journée – l’application mobile permet non seulement de proposer aux patients la prise de rendez-vous en ligne, mais également grâce à plusieurs fonctionnalités associées de centraliser au même endroit et de manière sécurisée, toutes les informations concernant un patient.

Florence Herry, co-fondatrice et Présidente de Libhéros explique : « J’ai fait deux constats suite à mes expériences d’infirmière à l’hôpital et à domicile : le premier est qu’il y a malheureusement une vraie rupture dans la continuité des soins post hospitalisation. Les patients sont aujourd’hui lâchés dans la nature quand ils sortent de l’hôpital et doivent souvent retourner aux urgences. Le second est que les professionnels de santé exerçant à domicile sont peu outillés face à une demande croissante en soins à domicile, notamment avec le virage de la chirurgie ambulatoire. Il est temps de faire bouger les choses. Afin de répondre à cette double problématique, j’ai créé la solution Libhéros, avec en son coeur le patient et les professionnels de santé. »

Une levée de fonds pour renforcer ses effectifs et accélérer sa croissance en France

Libhéros, la solution novatrice proposant notamment la prise de rendez-vous en ligne pour l’organisation des soins à domicile, lève 1,1 million d’euros auprès d’Air Liquide Venture Capital (ALIAD), l’investisseur de capital risque du groupe Air Liquide, et de quatre autres investisseurs privés, entrepreneurs, spécialistes du secteur de la santé, des technologies innovantes et plateformes numériques, qui rejoignent les investisseurs historiques.

Libhéros s’adresse à un marché de plus de 350,000 professionnels de santé qui exercent à domicile (hors médecin), dont 110 000 infirmiers libéraux, 65 000 masseurs-kinésithérapeutes, mais également sages-femmes, pédicure-podologues, diététiciens, orthophonistes, psychologues, …

Plusieurs centaines de professionnels de santé, majoritairement basés en Auvergne-Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte-D’azur, Ile-de-France et Nouvelle-Aquitaine utilisent déjà quotidiennement l’application mobile Libhéros Pro. La plateforme Libhéros propose aujourd’hui principalement des infirmiers, mais a pour objectif d’y intégrer rapidement l’ensemble des professions paramédicales.

Cette levée de fonds va permettre à Libhéros :

  • De consolider les régions sur lesquelles la solution est déjà présente
  • Étendre et faire connaitre le service Libhéros sur toute le France avec l’objectif d’accroître le nombre de professionnels de santé actifs et disponibles à la prise de rendez-vous en ligne sur la plateforme www.libheros.fr
  • Recruter des dénicheurs de Héros (business developer) sur toute la France, afin d’être au plus près des acteurs et des écosystèmes de santé locaux
  • Étoffer son équipe de développement technique et produits afin de proposer des solutions répondant toujours au mieux aux besoins et attentes de ses utilisateurs, patients et professionnels de santé

De nouvelles fonctionnalités pour les patients et professionnels de santé seront ainsi dévoilées au fur et à mesure sur les prochains mois, afin d’apporter aux professionnels de santé et aux patients toujours plus de confort au quotidien.

Jean-Christophe Klein, co-fondateur de Libhéros ajoute : « J’ai personnellement vécu pour mon grand-père la difficulté de trouver un infirmier à domicile. Avec Libhéros, nous ambitionnons ainsi de faciliter le quotidien des patients et de leurs proches et de réduire le nombre de recours aux urgences hospitalières, dont il faut savoir qu’aujourd’hui 12%, c’est-à-dire plus de 2,5 millions de passages par an, sont dus à des soins à domicile non faits. De plus, 90% des Français préfèrent être soignés chez eux, alors apportons leur une solution qui leur permet de répondre favorablement à leur souhait. »

Libhéros une révolution en santé innovante et facilitateur pour patients, proches et professionnels de santé à l’hôpital et à domicile !

En savoir plus Libheros

Enovap, premier vapoteur intelligent et connecté, lève 1 million d’euros

Enovap, le premier vaporisateur personnel intelligent et connecté réalise une levée de fonds d’un million d’euros. Cette augmentation de capital va lui permettre de commercialiser son dispositif en France dans un premier temps, puis à l’international en misant sur les marchés porteurs que sont l’Europe et les Etats -Unis.

Enovap rejoint Cap Digital début 2017 pour bénéficier de l’expertise du pôle, notamment pour ses projets de R&D. 

enovap levée

Premier système intelligent de gestion de la nicotine favorisant le sevrage tabagique

La technologie d’Enovap a pour objectif d’aider le fumeur à arrêter en gardant le plaisir grâce à un système intelligent de gestion de la consommation de nicotine. Enovap est persuadé de l’avenir et de l’efficacité de la cigarette électronique dans la lutte contre le tabagisme, et souhaite proposer une nouvelle voie permettant aux fumeurs de se sevrer, tout en conservant du plaisir en vapotant.

Ses travaux reposent sur un savoir-faire 100% français. Le  vaporisateur personnel a été conçu en collaboration avec des médecins tabacologues et vapoteurs experts, et le dispositif breveté repose sur plusieurs fonctionnalités encourageant chacune l’arrêt du tabac :

  • Mode manuel : Ce mode permet à l’utilisateur d’adapter manuellement sa concentration en nicotine à chaque inhalation pour une satisfaction optimale et instantanée.
  • Mode de réduction automatique : Lorsque l’utilisateur ne fume plus de cigarettes, le mode automatique peut être activé, laissant le dispositif piloter l’apport en nicotine afin de mieux encadrer l’arrêt du tabac. Le dispositif est connecté à une application mobile qui analyse les données de consommation de l’utilisateur dans le but d’anticiper ses besoins en nicotine. Une intelligence artificielle permet, si l’utilisateur le souhaite, une diminution progressive et personnalisée de l’apport en nicotine.

Le parcours prometteur de l’innovation en santé connectée

À travers cette première levée de fonds réussie, c’est l’avenir d’Enovap qui se dessine. Nous sommes fiers d’avoir validé cette étape. Cela va nous donner les moyens d’accélérer notre développement, de créer de nouveaux emplois en France et de nous déployer en Europe », précise Alexandre Scheck, fondateur d’Enovap.

Le positionnement unique de son innovation sur un marché en forte croissance a su séduire un groupe de business angels reconnus ainsi qu’une banque privée.

L’idée naît en 2013, lorsqu’ Alexandre Scheck, participe à une étude avec le professeur B. Dautzenberg sur la relation entre le dosage en nicotine et le plaisir pris en vapotant. Le concept du « Hit Control », à la base de la technologie Enovap, vient de naître.

En 2014, les cinq jeunes ingénieurs fondateurs déposent leurs brevets à l’INPI et la technologie Enovap est médaillée d’or au Concours Lépine. En juillet 2015, le projet est lauréat du concours I-Lab de BPI France. En novembre 2015, le projet prend réellement corps et la société Enovap est créée.

En avril 2016, Enovap lance sa campagne de crowdfunding sur la plateforme Wellfundr et bat des records, en atteignant 65 000€ de dons et pré-commandes. En novembre 2016, la startup collabore avec le Professeur Dautzenberg, devient partenaire du Moi(s) Sans Tabac, et propose sa technologie dans quatre hôpitaux parisiens de l’AP-HP.

En Juillet 2017, Enovap est lauréat du concours I-LAB catégorie création et développement de BPI France.

En savoir plus sur Enovap

ManoMano boucle une levée de fonds de 60 Millions d’euros, menée par General Atlantic

Leader européen sur le marché du bricolage et du jardinage, la place de marché ManoMano sécurise de nouveaux investissements et accélère son ascension. Elle annonce le 11 septembre 2017 avoir réalisé une levée de fonds en série C de 60 millions d’euros, menée par General Atlantic, un fonds d’investissement de renommée mondiale également leader sur son secteur. Les investisseurs actuels Piton Capital, Partech Ventures et le fonds Ambition Numérique géré par Bpifrance dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir ont également participé au tour de table.

Membre de Cap Digital depuis 2015, ManoMano a bénéficié du programme d’accompagnement Fast Track et obtenu le Pass French Tech délivré par Cap Digital.

ManoMano mutualise l’intégralité de l’offre online du secteur, pour un bricolage plus accessible et plus abordable

Fondé en 2013 par deux passionnés de DIY et anciens capital-risqueurs Philippe de Chanville et Christian Raisson, ManoMano est un site marchand dédié au bricolage et au jardinage qui opère en France, Espagne, Italie, Allemagne, Belgique et Royaume-Uni. Avec plus d’1,9 million de clients et plus d’1.2 millions de produits référencés, l’entreprise développe une approche centrée sur l’utilisateur et une utilisation forte de la data. Elle offre ainsi à ses clients la possibilité d’accéder à des produits de jardinage et de bricolage à prix abordables, auprès d’un réseau toujours plus conséquent de marchands. ManoMano a également construit une véritable communauté de bricoleurs qui s’échangent des conseils et se soutiennent mutuellement dans leurs projets.

Nous avons créé le seul acteur du bricolage digital qui soit réellement européen. Nous voulons dupliquer notre succès français à tous les pays où nous sommes déjà présents et faire de ManoMano le leader Européen sur le segment digital du bricolage et du jardinage. Nous sommes convaincus que ce secteur représentera à terme 50% du marché global du bricolage et du jardinage. Nous voulons que ManoMano soit le leader de cette transition, » ont déclaré Philippe Chaville et Christian Raisson, cofondateurs de ManoMano.

Notre dernière levée de fonds menée par General Atlantic et la croissance fulgurante que nous connaissons, sont autant d’éléments qui témoignent du succès de notre stratégie. Ce partenariat avec General Atlantic sera l’occasion de nous appuyer sur leur expertise des places de marché et sur leur solide expérience auprès des acteurs leaders de l’innovation digitale ; c’est un soutien crucial qui nous permettra de maintenir notre fort taux de croissance”.

Une levée de fonds pour accélérer sa croissance et renforcer sa présence en Europe

Ce tour de table de 60 millions d’euros va permettre à ManoMano d’accélérer sa croissance en stimulant l’innovation et le développement de ses produits, mais aussi en renforçant sa présence en Europe.

Suite à la levée de fonds, ManoMano prévoit les actions suivantes :

  • Augmenter les investissements en marketing pour accroître la notoriété sur l’ensemble de ses marchés,
  • Améliorer les produits et l’offre de service pour les clients existants comme pour les prospects,
  • Poursuivre ses investissements en logistique et développer de nouveaux services commerciaux pour accompagner les marchands et partenaires dans la digitalisation de leur offre,
  • Recruter des profils IT & data, et agrandir des équipes de développement commercial au Royaume-Uni et en Allemagne.

« Nous pensons que les catégories bricolage et jardinage en ligne enregistrent aujourd’hui un faible taux de pénétration, et ce en dépit des avantages qu’offre le digital par rapport au circuit traditionnel : le nombre de références y est nettement plus conséquent, il est possible de rechercher et trouver facilement les produits de son choix, et l’accès à l’intégralité des informations techniques y est également bien plus simple », a commenté Chris Caulkin, Directeur de General Atlantic. “ManoMano s’est construit une réputation solide auprès de ses clients et fournisseurs en devenant rapidement un leader de l’innovation qui propose des prix extrêmement compétitifs. Nous avons hâte de collaborer avec Philippe, Christian et l’ensemble de l’équipe de ManoMano dans l’objectif d’étendre l’offre de l’entreprise et son empreinte internationale. »

Forte de 37 ans d’expérience en investissement dans plus de 250 entreprises à forte croissance globale, General Atlantic s’associe aux entrepreneurs et équipes managériales vouées à devenir des géants de l’hyper-croissance, leaders de leurs secteurs. L’entreprise dispose de 21 milliards de dollars d’actifs sous gestion au 30 juin 2017. S’appuyant sur un réseau international d’experts, General Atlantic concentre ses investissements dans cinq secteurs que sont Internet et les nouvelles technologies, les services financiers, les services aux entreprises, la vente au détail de biens de consommation et la santé. General Atlantic a une grande expertise auprès des places de marché en ligne et des e-commerçants. L’entreprise a ainsi investi auprès d’acteurs de renom tels que Grupo Axo, House of Anita Dongre, Tory Burch et Zimmermann.

Dans le cadre de l’investissement, Gabriel Caillaux, Directeur Général et coresponsable de la zone EMEA chez General Atlantic rejoindra le board de directeurs de ManoMano. Chris Caulkin, Directeur de General Atlantic, rejoindra quant à lui le board en tant qu’observateur.

En savoir plus sur ManoMano 

Wandercraft lève 15 millions d’euros et confirme son avance technologique en essais cliniques

Le 28 septembre, la start-up de robotique médicale Wandercraft annonce le closing d’une levée de fonds Series B de 15 millions d’euros avec cinq investisseurs de premier plan : XAnge, Idinvest, Cemag Invest, Bpifrance, et son actionnaire historique LBO France – Innovation Capital. 

Membre de Cap Digital depuis 2015, Wandercraft a notamment été accompagné par le pôle pour ses projets de R&D. Après expertise, Wandercraft a obtenu le label Cap Digital et bénéficié de préparation individuelle pour ses auditions au Concours Mondial d’Innovation et Concours d’Innovation Numérique, deux appels à projets dont Wandercraft est lauréat.

wandercraft

Des investisseurs de premier plan pour briser la barrière du handicap 

Wandercraft est la première entreprise du monde à faire marcher vraiment des personnes en fauteuil. C’est une « levée » exceptionnelle pour une start-up de robotique médicale. Ce nouveau financement sera utilisé pour obtenir les premières certifications, entrer sur le marché mondial des centres de soins et développer la version personnelle de l’exo.

Premières mondiales en essais cliniques

Les premiers essais cliniques de l’exo développé par Wandercraft ont eu lieu en région parisienne et dans le très moderne Centre de Médecine Physique et de Réadaptation APAJH de Pionsat, en Auvergne.
Pour la première fois, des personnes atteintes de paraplégie complète se sont levées et ont marché dans un exo autonome, permettant une marche naturelle.

Une technologie extraordinaire pour une marche ordinaire

Pour remettre en marche les gens en fauteuil, Wandercraft développe le premier exo de marche naturelle au monde. Il embarque une technologie à la pointe de la robotique et des algorithmes révolutionnaires pour imiter l’inimitable : la marche humaine. Développés avec les meilleurs laboratoires universitaires de robotique de marche, l’exo contient douze moteurs pilotés tous les millièmes de seconde. Une architecture robotique complexe pour un exo totalement intuitif.

Depuis sa création, Wandercraft a regroupé une des meilleurs équipes de robotique de marche : 35 mathématiciens, roboticiens et bio-mécaniciens du plus haut niveau mondial. Tous sont regroupés à Paris autour d’un projet : mettre en œuvre la robotique la plus avancée pour casser la barrière du handicap.

En savoir plus sur Wandercraft

BioSerenity, champion français de la e-santé, lève 15 millions d’Euros

Start-up spécialiste des solutions pour patient connecté, BioSerenity clôture fin septembre une levée de fonds de Série A de 15 M€ menée par LBO France, aux côtés du Fonds PSIM géré par Bpifrance dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir et de l’actionnaire historique Idinvest Partners.

Dès sa création en 2014, BioSerenity rejoint Cap Digital pour bénéficier de son expertise en e-santé, domaine stratégique du pôle depuis 2009. Avec plus de 200 acteurs de la e-santé parmi ses adhérents, Cap Digital contribue au dynamisme de cet écosystème et accompagne les entreprises qui proposent des solutions numériques innovantes en santé. Cap Digital a notamment soutenu BioSerenity pour ses projets de R&D : expertise et labellisation de ses travaux présentés au Concours Mondial d’Innovation et au FUI 20, deux appels à projets dont BioSerenity est lauréat.

BioSerenity - illustration

Une levée de fonds pour accélérer son industrialisation et développement à l’international

BioSerenity a développé plusieurs gammes de solutions pour faciliter le diagnostic et le monitoring des patients. La société de technologie médicale qui collabore avec certains des plus grands hôpitaux mondiaux continue sa forte croissance et s’appuie sur un nouveau tour de table pour accélérer son industrialisation et son internationalisation. Avec plus de 80 salariés, BioSerenity a récemment ouvert de nouveaux bureaux en France, en Chine et aux Etats-Unis.

BioSerenity offre des solutions de suivi complet (full-stack) par pathologie pour accélérer le diagnostic, faciliter le suivi et accompagner le thérapeutique. L’entreprise travaille actuellement sur 4 grandes pathologies : l’épilepsie, le suivi des maladies cardiologiques, le suivi des grossesses et les troubles du sommeil.

BioSerenity a développé un modèle d’affaires efficace en partenariat avec l’industrie pharmaceutique. Les partenariats reposent sur la création d’une solution technologique complète (dispositif physique, application mobile, cloud, analyse automatique des données par Intelligence Artificielle) centrée sur une pathologie dont le laboratoire pharmaceutique est spécialiste. Le laboratoire pharmaceutique utilise alors sa force de frappe pour déployer la solution dans le monde entier et bénéficie de son usage en interne pour ses essais cliniques.

Pierre-Yves Frouin, président et fondateur de BioSerenity attribue le succès de BioSerenity à une conjugaison de facteurs : « De nombreuses start-ups sont concentrées sur une brique technique unique alors que BioSerenity est aujourd’hui capable de fournir une solution complète allant de la capture des données patients jusqu’à l’analyse, cela nous place comme l’une des seules entreprises de notre domaine capable de fournir les résultats médicaux attendus. Nous avons développé un portefeuille de propriété intellectuelle important et une équipe d’excellence qui travaille en lien avec un écosystème étendu. BioSerenity est née dans l’environnement hospitalier de l’ICM dans l’hôpital de la Pitié Salpétrière (APHP) et les laboratoires pharmaceutiques apprécient notre bonne compréhension des enjeux médicaux ». Pour Pierre-Yves Frouin, « avec cette levée de fonds, nous obtenons non seulement des financements pour continuer notre croissance, mais aussi des investisseurs qui sont experts dans l’innovation numérique et l’innovation médicale, deux secteurs qui s’entrecroisent en permanence chez nous ».

Valéry Huot, Partner et Head of Innovation Capital au sein de LBO France, précise : « Nous sommes ravis d’apporter notre support à BioSerenity et ses deux dirigeants. Il s’agit du 9 ème investissement de notre fonds SISA dédié au financement des entreprises innovantes dans la santé digitale en Europe. BioSerenity a réalisé un parcours impressionnant dans les dernières années et nous sommes convaincus que la société va continuer à croître fortement. BioSerenity a les atouts nécessaires pour devenir dans les prochaines années l’un des acteurs majeurs fournisseurs de solutions de monitoring patients dans le monde ». 

Pour Emmanuel Audouard, Directeur du Fonds PSIM chez Bpifrance, : « BioSerenity est l’une des medtechs les plus prometteuses de son secteur. Elle apporte une réponse innovante au diagnostic et au monitoring des patients. Nous sommes heureux de soutenir sa croissance aux cotés de LBO France et Idinvest en mobilisant notre fonds PSIM dédié aux lauréats du Concours Mondial d’Innovation dans le cadre de cette levée de fonds. »

Luc Maruenda, Partner au sein d’Idinvest Partners ajoute : « L’exécution de BioSerenity ces deux dernières années est impressionnante. BioSerenity a su mettre en place une équipe de 80 talents dynamiques et s’entourer de partenaires académiques, industriels et cliniques de grande qualité. Nous sommes ravis de renouveller notre confiance à l’équipe de direction de BioSerenity en réinvestissant et d’accueillir de nouveaux co-investisseurs ».

 En savoir plus sur BioSerenity 

OpenHealth Company : première levée de fonds française dans le secteur de l’analyse des données de santé

La société OpenHealth Company, spécialisée dans la collecte et l’analyse en temps réel des données de santé, conclut début septembre un tour de financement de plus de 5 M€ mené par LBO France / Innovation Capital. OpenHealth lance également son HUB, la plus importante plateforme d’analyse de données de santé disponible en France.

Depuis 2009, la e-santé est un domaine stratégique du pôle Cap Digital. Avec plus de 200 acteurs de la e-santé parmi ses adhérents, Cap Digital a développé une véritable expertise sur ce secteur et contribue au dynamisme de son écosystème. Cap Digital accompagne les entreprises qui proposent des solutions numériques innovantes en santé et soutient OpenHealth, notamment pour ses travaux de R&D. OpenHealth est également partenaire du pôle pour l’expérimentation Mes données, ma santé, coordonnée par Cap Digital avec l’appui de la FING et aux côtés d’associations de patients, professionnels de santé, Sécurité sociale, mutuelles, industriels, startups, chercheurs, régulateurs… L’objectif : expérimenter concrètement le Self Data en Santé.

openhealth_levedefond

OpenHealth, leader français dans la collecte et l’analyse en temps réel des données de santé

La société OpenHealth Company, lancée en 2015 par Patrick GUÉRIN, ex Président de Celtipharm, et Jean-Yves ROBIN, ex directeur de l’ASIP Santé, est leader français dans la collecte et l’analyse en temps réel des données de santé. Cette expertise s’appuie sur l’exploitation d’une pluralité de sources de données : données de ventes en pharmacie (panel de plus de 10 000 pharmacies, retenu par la HAS et l’ANSM), données sectorielles, données longitudinales patients, données médicales en ambulatoire, données internationales… La société offre à ses clients industriels et institutionnels de nouvelles solutions agiles et un accompagnement métier unique grâce à son équipe pluridisciplinaire : médecins, pharmaciens, data-scientistes, experts en market access, cadres de l’industrie. OpenHealth emploie environ 50 personnes réparties entre son siège parisien et son site de production à Vannes, et projette un chiffre d’affaires d’environ 10 M€ en 2017.

Levée de fonds dans le domaine de l’analyse de données de santé : une première en France

Le HUB d’OpenHealth combine des données de sources multiples pour offrir de larges et puissantes possibilités dans trois grands domaines d’analyse :

  • Commercial et marketing : Des données de consommation relatives à tous les produits de santé (plus de 200 000 références) à l’intention des industriels et des sociétés d’études. Ces données sont disponibles en temps réel et comprennent notamment les ventes effectuées en pharmacie et en grande surface grâce à un partenariat avec la société IRI.
  • Evènements sanitaires : Des analyses et cartographies par secteur géographique pour procéder à des analyses épidémiologiques, au suivi des ventes des produits de santé et suivre en temps réel des événements sanitaires.
  • Bon usage des produits de santé : L’analyse du bon usage des médicaments et la constitution on-line de cohortes permettent des analyses relatives aux modalités réelles de traitement (âge des patients traités, traitements associés, respect des contre-indications et des bonnes pratiques, schémas thérapeutiques…), préalable indispensable à la gestion des risques pour les industriels et les autorités sanitaires.

Ces nouveaux services, en permettant d’explorer et d’analyser directement ces données via un simple navigateur internet, vont permettre à l’ensemble des acteurs, industries de santé, pouvoirs publics, sociétés d’études et organismes de recherche, de disposer très aisément de données pertinentes.

L’analyse des données de santé va progressivement modifier la façon d’appréhender nombre de problématiques du secteur. Objet d’investissements massifs dans l’ensemble des pays développés et notamment outre-Atlantique, cette opération marque la première levée de fonds en France dans le domaine.

LBO France / Innovation Capital, au travers de son fonds SISA dédié aux entreprises du secteur de la santé digitale en Europe, a mené un tour de financement de plus de 5M€. OpenHealth Company a également bénéficié en 2017 d’un soutien financier de Bpifrance.

En rendant les données plus accessibles aux acteurs et en leur permettant de produire des indicateurs jusqu’ici complexes et coûteux à obtenir, nous accélérons la production de connaissances nouvelles », souligne le Dr Patrick GUÉRIN, Président d’OpenHealth.

Qu’il s’agisse d’études de marché, d’études post-inscription en vie réelle sur l’usage des produits de santé ou de sécurité sanitaire, le HUB d’OpenHealth contribue à modifier profondément la façon d’appréhender ces données, dans le strict respect de la vie privée », précise le Dr Jean-Yves ROBIN, Directeur Général.

Ingrid RAYEZ, Directeur d’investissement au sein de LBO France / Innovation Capital, ajoute : « Nous sommes ravis de nous associer à OpenHealth et ses dirigeants expérimentés. Il s’agit du 8ème investissement de notre fonds SISA dédié à la santé digitale et l’autonomie en Europe. La collecte et l’analyse en temps réel des données de santé deviennent clé notamment pour le suivi de l’usage en vie réelle des médicaments. OpenHealth a les atouts pour devenir leader sur ce secteur avec le HUB. »

En savoir plus sur OpenHeatlh

Rythm, le spécialiste en neurotechnologie lève 19 millions d’euros et commercialise DREEM

Rythm réalise une levée de fonds de 22 millions de dollars, auprès de Xavier Niel, magnat des télécommunications, du Docteur Laurent Alexandre, investisseur en biotechnologies et fondateur de Doctissimo notamment, et de la MAIF, l’un des trois leaders du domaine de l’assurance en France. Spécialisée en neurotechnologie, Rythm annonce le lancement officiel de Dreem, son produit grand public révolutionnaire pour améliorer la qualité du sommeil. 

Fondée en 2014, la start-up rejoint rapidement Cap Digital pour bénéficier de son expertise, notamment pour ses travaux de R&D. Accompagné et labellisé par le pôle lors de ses candidatures au Concours Mondial d’Innovation phase 2 et au Grand Défi du Numérique, Rythm est lauréat de ces appels à projets, qui lui ont permis d’accélérer le développement de Dreem. Rythm a aussi bénéficié du soutien de Cap Digital pour une mission de design réalisée avec l’agence Meaningful, dans le cadre des coachings stratégiques du pôle.

dreem

Dreem le produit révolutionnaire pour améliorer la qualité du sommeil

Le cerveau humain est connu pour être l’organe le plus complexe de l’univers. Mieux comprendre le cerveau et ainsi notre sommeil compte parmi les principaux défis scientifiques de notre siècle. Un tiers de la population déclare ne pas dormir bien ou suffisamment selon une étude épidémiologique de l’Institut de veille sanitaire (InVS). Ce phénomène s’explique par de multiples causes étroitement liées entre elles : le stress, l’environnement, les problèmes physiques et le mode de vie. Actuellement, il n’existe aucune solution efficace et adaptée pour répondre à cet enjeu de santé publique. Les plus accessibles comme les somnifères, sont invasives et néfastes pour la santé. Celles qui le sont moins tels que les moniteurs à placer sous les draps ou trackers d’activités sur le poignet, sont imprécises et ne contribuent aucunement à l’amélioration de la qualité du sommeil, étant passives. Dreem, développé par Rythm, est actif, non invasif, personnalisé et efficace avec un réel impact sur la qualité du sommeil de ses utilisateurs. 

La solution de Rythm redéfinit à la fois la manière de mesurer, d’analyser et d’optimiser le sommeil. Dreem représente une toute nouvelle catégorie de produits, qui associe la recherche en neurosciences la plus avancée à une technologie de rupture, en vue de faire progresser la compréhension et le traitement des troubles du sommeil. Le bandeau mesure l’activité cérébrale et utilise des stimulations sonores pour faciliter l’endormissement, améliorer la qualité du sommeil profond et permettre de se réveiller plus reposé. Après trois ans de développement et de tests sur plus de 30 000 nuits, Dreem est désormais disponible en précommande sur dreem.com

Dreem est né d’une seule ambition : améliorer la qualité de sommeil du plus grand nombre grâce à la mesure, l’analyse et la stimulation auditive de l’activité cérébrale pendant la nuit », explique Hugo Mercier, PDG et co-fondateur de Rythm. « Grâce à une période de bêta-test concluante, nous avons beaucoup appris de l’expérience de nos utilisateurs. Les conclusions nous ont amenées à améliorer la technologie et à étendre les fonctionnalités du bandeau pour obtenir une solution la plus complète possible et adaptée aux besoins de chacun. Le lancement de Dreem constitue une étape majeure pour notre entreprise et le marché des produits dédiés au sommeil et nous sommes fiers de pouvoir offrir aux consommateurs un sommeil plus réparateur que jamais. »

Dreem a été conçu grâce à l’aide apportée par le prestigieux Scientific Advisory Board de Rythm, constitué de scientifiques reconnus mondialement dans les domaines de la recherche dans le sommeil, en neurosciences et en mathématiques, qui ont aidé et guidé le développement et le succès de l’entreprise. Parmi ses membres, le conseil scientifique de Rythm compte : David Eagleman – PhD, Professeur de neurosciences à l’Université de Stanford, fondateur et CSO de BrainCheck, co-fondateur et CSO de NeoSensory; Christof Koch – PhD, CSO & Président et Directeur scientifique de l’Institut Allen pour les Sciences du Cerveau, Emmanuel Mignot – MD, PhD, Directeur du Centre du sommeil de Stanford et Cédric Villani – PhD, lauréat de la médaille Fields en 2010 et Directeur de l’Institut Henri Poincaré.

Rythm possède la technologie, l’équipe et la vision pour significativement changer la manière dont les gens perçoivent et surmontent leurs problèmes de sommeil », déclare Emmanuel Mignot, directeur du centre de Stanford pour les sciences du sommeil et la médecine et membre du conseil scientifique. « Le sommeil joue un rôle central dans la santé et le bien-être, avoir une solution comme Dreem qui rend la médecine de pointe accessible à tous représente un grand pas en avant. »

Rythm est une entreprise de neurotechnologie de premier plan. Réunissant les meilleurs experts dans les domaines de l’ingénierie, du design et des neurosciences, Rythm est basée à Paris et à San Francisco. Depuis sa création l’entreprise a levé des fonds considérables provenant d’investisseurs, de récompenses et de subventions des pouvoirs publics pour former une équipe de niveau international de plus de 70 personnes. 

Découvrez DREEM et ses actualités sur Facebook, Twitter et LinkedIn 

Finamatic lève 800 000 euros pour renforcer sa R&D et ses équipes

Membre et partenaire de Cap Digital, Finamatic est la plateforme d’accompagnement au financement de l’innovation, qui vise à simplifier la recherche d’aides disponibles et la saisie des dossiers de candidatures. Fondée en 2015, Finamatic réalise une levée de fonds de 800 000 € pour étoffer ses équipes et améliorer l’expérience utilisateur de son produit.

finamatic

La marketplace de financements publics et privés Finamatic vient de boucler une levée de fonds de 800 000 euros auprès de prestigieux business angels : Thierry Petit (ShowroomPrivé), Igor Schlumberger (PrestaShop), Jérôme Frank et Olivier de Trogoff. Grâce à cette augmentation de capital, la start-up française souhaite étoffer ses équipes et développer sa R&D, pour « renforcer le caractère intuitif de sa plateforme ».

Avec cette levée de fonds, nous comptons poursuivre notre développement et devenir un référent de la FinTech, une solution technologique d’utilité publique pour tous les porteurs de projet », précise Clément Boulais, associé de Finamatic.

Finamatic aide les startups, PME et TPE à identifier les aides au financement auxquelles elles peuvent prétendre et à constituer leurs dossiers. La plateforme référence désormais plus de 2 000 dispositifs de 320 organismes publics et privés. Elle a déjà convaincu 500 startups clientes, de Leetchi à Tiller.

Nous redonnons le pouvoir aux entrepreneurs en vulgarisant l’accès aux financements, en leur transmettant les clés techniques et stratégiques des dispositifs afin qu’ils soient souverains dans leurs démarches, explique Clément Boulais. 3000 entreprises clientes sont visées sur l’année 2018, ce qui contribuera à la création de plus de 15 000 emplois. Un challenge d’envergure.

Fondée en août 2015 par Axel Dreyfus, Benjamin Dresner et Cédric Nicolas, l’équipe dirigeante a été renforcée en 2017 par trois nouveaux associés : Clément Boulais (ex-Leetchi-Mangopay), Pierre-Edouard Juin et Alexis Dueymes (ex-Leetchi). “Nous travaillons depuis plus d’un an avec le SGMAP – Secrétariat général pour la modernisation de l’action publique, fer de lance de la simplification des démarches administratives, afin de permettre une accélération dans les demandes d’aide, souligne Axel Dreyfus. Nous souhaitons nous rapprocher des acteurs économiques régionaux pour diffuser notre innovation au sein des territoires, DOM TOM inclus ».

En savoir plus sur Finamatic

Blade lève 51 millions d’euros pour exporter l’ordinateur du futur à l’international

Blade développe Shadow, l’ordinateur dématérialisé accessible avec abonnement et exploitable sur n’importe quel écran. Fondée en 2014, la start-up française annonce début juin une levée de fonds de 51 millions d’euros. Cette opération succède aux tours de table réalisés fin 2015 et en 2016, respectivement de 3 millions et 10 millions d’euros. 

Membre de Cap Digital depuis 2016, Blade a notamment été accompagné pour ses travaux de R&D : son projet Shadow Cloud PC a été expertisé et labellisé par le pôle lors de sa candidature au Concours d’Innovation Numérique, dont il est lauréat.

Blade

Shadow, le premier ordinateur personnel dans le cloud

Le cloud propose des avantages uniques en termes d’économies d’échelle, de fiabilité, de vitesse de traitement et des réseaux, d’accessibilité à l’information, de sécurité. Face à la migration globale vers le cloud des serveurs, données et applications, Blade a choisi de relever un défi, celui de déplacer l’ordinateur personnel dans un data center. Fondé par Emmanuel Freund, Acher Criou et Stéphane Héliot, Blade a mis au point le premier PC haut de gamme hébergé dans le cloud, baptisé « Shadow ».

Unique au monde et basé sur une véritable innovation technologique, Shadow propose à tous les internautes équipés d’une connexion internet très haut débit d’accéder à son ordinateur, par le biais d’un petit boitier ou d’une application. Shadow présente des avantages significatifs en comparaison des PC traditionnels :

  • Terminal de faible dimension, design user centric, silencieux, qui ne chauffe pas, et dont la consommation électrique est limitée
  • Faculté d’accès à son ordinateur personnel depuis n’importe quel terminal connecté à internet (laptop, tablette, smartphone, smart TV)
  • Mises à niveau régulières des composants dans l’infrastructure dédiée sans frais supplémentaire pour le client – plus d’obsolescence du terminal.

Autre innovation de taille : Shadow est proposé sous forme d’abonnement mensuel de 25 à 45 euros par mois, une approche unique dans l’industrie du PC.

Avec Shadow, Blade a fait le choix de cibler dans un premier temps les utilisateurs les plus exigeants : les Gamers, qui représentent un marché à fort potentiel
estimé à 644 millions au niveau mondial et sont demandeurs de grosses capacités en informatique. Les principales attentes pour le gaming portent sur la qualité d’expérience utilisateur, la capacité à pouvoir jouer à tous les jeux, l’accès multiplateformes et un coût inférieur à une solution locale. Shadow apporte une réponse à chacun de ces enjeux, en offrant un service utilisable soit sur une Box propriétaire, soit via une application multiplateforme. La start-up s’est invitée à des compétitions et organise des parties diffusées en direct sur les réseaux sociaux.

Les joueurs sont la preuve que notre technologie fonctionne dans des conditions très exigeantes », explique Emmanuel Freund, cofondateur et PDG de Blade.

Une levée de fonds pour augmenter ses capacités de production et déployer son offre à l’international

Blade réalise une augmentation de capital de 51 millions d’euros auprès de prestigieux business angels qui avaient déjà participé à la première levée de la start-up. Pierre Kosciusko-Morizet (fondateur de PriceMinister) et Michaël Benabou (cofondateur de vente-privee.com) ont ainsi renouvelé leur confiance à Blade, tout comme Nopporn Suppipat (fondateur de Wind Energy Holding, géant thaïlandais des énergies renouvelables), premier investisseur de la jeune pousse et désormais membre du comité stratégique.

Blade applique l’économie collaborative au monde des infrastructures et des équipements informatiques. Il s’agit de mettre des ressources en commun pour en baisser les coûts. Et Blade peut aller très vite pour déployer son produit », analyse l’entrepreneur thaïlandais Nopporn Suppipat.

Nous sommes très fiers, nous ne pensions pas lever autant et si rapidement », se félicite Emmanuel Freund, cofondateur et PDG de Blade. Nous avons de l’avance sur les géants des nouvelles technologies et nous ne voulons pas la perdre.

Blade ne veut pas vendre d’ordinateur, mais le louer. La start-up compte aujourd’hui 5000 clients du Shadow, baptisé «le PC du futur». Ce chiffre a été multiplié par 10 depuis le mois de décembre et Blade souhaite accroître ses moyens de production pour répondre à la demande grandissante. Elle vise à équiper 100.000 personnes d’ici à la fin 2018.

Après avoir convaincu les Gamers, l’entreprise veut désormais séduire le grand public. Elle revendique l’intérêt de sa machine pour des professions ayant aussi besoin de grosses capacités en informatique, comme les architectes ou les graphistes. « Les qualités du Shadow peuvent profiter à tout le monde », assure Emmanuel Freund. « C’est un ordinateur qui peut se déplacer partout et qui est toujours à jour ». Blade envisage de lancer de nouvelles offres moins onéreuses, pour les personnes avec des besoins d’équipement plus modestes. 

Ces capacités de production renforcées lui permettront également d’élargir son offre à l’Allemagne et le Royaume-Uni, où le lancement est prévu avant fin 2017. Blade vise d’autres marchés internationaux et ouvrira cet été un bureau à Palo Alto, aux États-Unis.

En savoir plus sur Blade et le PC du futur Shadow