Plume Labs lance ​Plume.io​ pour ouvrir l’accès aux prévisions de qualité de l’air aux entreprises

La société de technologies environnementales Plume Labs annonce le 1er août le lancement de son API de prévisions de qualité de l’air à destination des entreprises, Plume.io

plume API vf

Plume Labs est une entreprise de technologies environnementales qui aide les gens à se prémunir contre la pollution. La combinaison gagnante de dispositifs intelligents et de données pratiques aident les particuliers à réduire leur exposition à la pollution de l’air, à améliorer leur bien-être et à faire plus de transparence sur l’air que nous respirons.

Trouver l’air pur : maintenant, il y a une API pour ça

En sortant Plume.io, la startup ouvre l’accès à la première plateforme de données sur la qualité de l’air en temps réel à travers le monde, pour aider les entreprises à appréhender cette question majeure pour leurs clients et parties prenantes vivant en milieu urbain.

Consommateurs et citoyens sont de plus en plus demandeurs d’information sur la qualité de l’air pour prendre des décisions, telles que le trajet à privilégier pour sortir, dans quel quartier vivre et où envoyer ses enfants pour leurs loisirs. Mais la pollution impacte également les entreprises et leurs résultats financiers. La Banque mondiale estime qu’elle coûterait 225 milliards de dollars aux employeurs et au système de santé rien qu’aux Etats-Unis. Les experts n’hésitent plus à parler de la pollution comme du “tabac du 21ème siècle” : des particuliers en viennent à attaquer les pouvoirs publics pour dénoncer leur inaction, comme cette française atteinte d’affections respiratoires attaquant le gouvernement, ou les associations environnementales intentant des plaintes contre les autorités à Londres ou à Paris. Plus les consommateurs seront sensibilisés aux problèmes de la pollution, plus la demande sera forte pour des produits cherchant à améliorer la qualité de l’air.

Les niveaux de pollution atmosphérique sont constamment en mouvement” déclare David Lissmyr CTO et co-fondateur de Plume Labs. “Depuis deux ans, nous entraînons des modèles d’intelligence artificielle pour prévoir les variations en temps réel de la pollution atmosphérique urbaine. Avec l’API de Plume, les entreprises et les gouvernements peuvent maintenant compter sur nos prévisions pour aider les gens à être mieux informés et en meilleur santé”.

L’entreprise a créé des algorithmes qui intègrent des données atmosphériques, des mesures urbaines de qualité de l’air et des estimations satellitaires pour produire une prévision des niveaux de pollution dans le monde et de leurs variation en temps réel. Les résultats de ces modèles mathématiques forment le socle de la plateforme de données massives sur la pollution de l’air de Plume, et ses plus de 10 milliards de valeurs géolocalisés générées chaque année.

L’API de Plume, maintenant disponible sur Plume.io, fournit en temps réel les niveaux de qualité de l’air toutes les heures pour les prochaines 24 heures ainsi qu’une estimation du niveau de concentration des principaux polluants nocifs pour la santé, et cela dans la majorités des zones urbaines dans le monde : les particules fines (PM2.5 et PM10), le dioxyde de nitrogène (NO2), et l’ozone (O3). La plateforme de prévisions environnementales donne également en temps réel et prévisionnel le niveau d’UV – qui peut aggraver les niveaux de pollution, comme c’est souvent le cas lors des pics de pollution du printemps et de l’été en région parisienne.

Jusqu’à maintenant, la plateforme n’était ouverte qu’à une sélection réduite de partenaires. Le journal The Economist a ainsi pu utiliser les données de Plume pour mener une enquête révélant que les gouvernements sous-estiment systématiquement l’exposition à la pollution en se basant uniquement sur une moyenne journalière. L’API de Plume a permis également d’amener des prévisions de qualité de l’air sur Amazon Echo : son ‘skill’ pour Alexa permet aux particuliers d’obtenir leurs bulletins qualité de l’air sur cette nouvelle interface vocale.

Plume Labs utilise elle-même sa plateforme pour propulser le Plume Air Report, son application d’alertes et prévisions pollution. Près de 75% des utilisateurs actifs ont changé leur routine journalière au moins une fois afin d’éviter de s’exposer à la pollution (comme par exemple reporter une séance de sport pour éviter le pic de pollution). Avec l’application, les consommateurs s’approprient l’information sur la qualité de l’air, un des facteurs clés de son
succès étant la précision des prévisions de Plume et sa couverture toujours plus étendue.

L’accès aux données permet de prendre des décisions mieux informées dans les domaines clés de notre existence. Pour Romain Lacombe, CEO et co-fondateur de Plume Labs, c’est encore plus essentiel quand il s’agit de notre santé :

La pollution de l’air est une crise mondiale, et l’industrie technologique a les outils pour permettre une prise de conscience collective – et l’obligation morale de contribuer à l’enrayer. L’API de Plume aidera les développeurs à créer de nouveaux produits qui intégreront facilement des prévisions environnementales en temps réel”.

Cet automne, Plume Labs lancera sa campagne de pré-ventes pour Flow, son capteur de pollution intelligent, après une phase beta-test à Londres. Avec le déploiement de ces capteurs mobiles, Plume pourra ajouter des données collectives et locales pour améliorer continuellement la géographie et la précision de son modèle avec des mesures participatives.

Membre de Cap Digital depuis 2015, Plume Labs a bénéficié du soutien du pôle à de nombreuses étapes de son développement : première expérimentation en public à Futur en Seine 2015 ; programme d’accélération Fast Track et accompagnement lors de sa candidature au CIN dont Plume Labs est lauréat en 2016 (Concours d’Innovation Numérique permettant de bénéficier de soutien à l’innovation).

En savoir plus sur Plume.io

Comments are closed.