CES 2020 : nous y étions !



La 53ème édition de l’emblématique Consumer Electronic Show, né en 1967, vient de s’achever. Benjamin Gans, notre directeur Grands Comptes qui était présent sur place, nous live ses impressions. 

Le CES, c’est environ (sur la base des chiffres 2019 et en attendant d’avoir les chiffres officiels de 2020) 4 500 exposants, 270 000m² de surface et près de 180 000 visiteurs venus du monde entier (à titre de comparaison Viva Technology, c’est 55 000m² et 120 000 visiteurs). Certainement l’un des plus grands salons professionnels du monde, au retentissement le plus global, tous les grands médias de tous les pays couvrant l’événement.

Un salon aux proportions gigantesques, qui s’étale principalement en deux endroits de la ville, au Las Vegas Convention Center et à l’Eureka Park au Venetian, l’un des plus grands hôtels de Las Vegas.

Quoi de neuf au CES 2020 ?

Toujours autant de produits plus impressionnants les uns que les autres ! Et si l'utilité des innovations présentées peut parfois être questionnée, on ne peut que saluer l'audace de certaines d'entre elles...

À prendre et à laisser

Parmi les plus impressionnants des produits grands publics, on trouve [déjà vu mais toujours aussi spectaculaires] les écrans enroulables et pliables de LG, ou encore des objets les plus absurdes ou inattendus (qui n’auraient peut-être même pas leur place au concours Lépine) comme Capillus, cette casquette qui fait repousser les cheveux.

L’une des caractéristiques de cette année, si l’on en croit la taille des stands, c’était de voir comme l’industrie automobile était à l’honneur dans cette édition du CES, où la voiture était toujours en bonne place sur les visuels du salon (on pouvait même se demander s’il ne s’agissait pas d’un salon de l’auto).

On a d’ailleurs pu y voir passer l’un des plus surprenants concept car avec ce modèle inspiré d’Avatar signé Mercedes (eux ont évité une démo en direct de lancé de pavé)

L'innovation française au rendez-vous

La France, quatrième nation la plus représentée, peut s'enorgueillir d'avoir su montrer ses meilleurs atouts.

Une des premières délégations en nombre d’exposants (300), et sans doute un des 5 premiers pays pourvoyeurs de visiteurs (si les chiffres de cette année s’avèrent équivalents à ceux de l’année dernière, page 7 du rapport 2019).

Une présence affirmée, très organisée et très en vue : dès qu’on entre dans l’Eureka park, le logo French Tech n’a pu échapper à personne, il s’étale sur plusieurs rangées de stands. Bravo aux équipes de Business France, à la FrenchTech et aux exposants pour cette mise en scène massive du pavillon France. On regrettera peut-être que les stands n’aient pas été regroupés par thématiques, néanmoins la plupart des représentants d’entreprises que nous avons rencontrés exprimaient un haut niveau de satisfaction que ce soit pour la visibilité (être vu au CES, c’est paradoxalement une forte opportunité d’être vu dans les JT de TF1 ou M6 à des heures de grande écoute), pour les contacts business générés, ou simplement pour l’expérience intense que ce salon procure.

Côté Cap Digital on aura été très heureux d’accompagner deux délégués spéciaux de la Région Ile-de-France, Marie-Christine Dirringer, en charge de la smart région, et Pierre Deniziot, en charge du logement et du handicap.

Et surtout Cap Digital était fier de voir une dizaine de nos membres traverser l’atlantique pour venir se frotter au gratin de la tech mondiale, parmi lesquels :

L’IMT, d’abord, qui a organisé un formidable pavillon de start-up particulièrement innovantes, bravo à leurs équipes !

Nos belles start-up françaises y étaient

Affluences, sur l’espace de l’IMT, avec sa solution de monitoring d’affluence des lieux publics (déjà adoptées par plusieurs collectivités)

Elocance et sa solution permettant de transformer en podcast tout contenu écrit

Dreem et ses méthodes validées pour comprendre et améliorer le sommeil

Redfabriq, le start-up studio à l’initiative des start-up Kirrk et Mobioos

Watiz, l’application qui permet de retrouver tout vêtement repéré sur quelqu’un, sur les réseaux ou dans la rue

Wefight et son assistant virtuel VK qui automatise le suivi des patients atteints de cancer

Egreen, le serious game pour apprendre à avoir des comportements responsables

Nextmind, lauréat des 2020 CES Innovation Awards avec son interface cerveau/machine

Chronolife et son t-shirt connecté pour les individus à la santé fragile

Actronika et ses solutions d’interfaces humain/machine

GrAI Matter Labs, qui dévoilait le premier processeur IA optimisé ultra-low latency and low power 

Ou encore Linagora avec son enceinte française connectée et open source Linto.

Les Grands Comptes aussi présents

Comme La Poste et quelqu’unes des start-up de son programme French IoT.

Le CEA qui présentait ses start-up incubées et des projets de recherche.

Et bien sûr Dassault Système avec un très bel espace et un stand imposant.

EDF, Crédit Agricole ou encore Leroy Merlin (adhérent PICOM).

Mais l’un des premiers atouts de notre délégation est de compter l’un des meilleurs spécialiste et vulgarisateurs de la tech et de l’IA en la personne d’Olivier Ezratty [à suivre sur twitter] et que nous retrouverons le 29 janvier pour son traditionnel Retour du CES au Forum des images. [Événement complet mais dont le replay sera disponible dans les jours qui suivront ! À voir sur notre chaîne Youtube]